Statistiques licenciés équitation Auvergne- Haute Loire Brioude


3° au rang français en mars 2017, l'équitation 1ère sport féminin en France

Population en France métropolitaine 2017   69 116 500 soit 0.93% de la population qui sont licenciés.

La France compte 3.18% pour 2,2 millions de cavaliers dont 800 000 qui pratiquent mensuellement, 644800 qui pratiquent de manière quotidienne à hebdomadaire le plus souvent, ou occasionnellement pour certains (au moins une fois par an) l’équitation chaque année.

En 2018, la FFE, fédération française de l'équitation, annonce sur son site plus de 628 000 licenciés (licences pratiquants), en majorité des femmes (83%). La pratique est en moyenne 5 à 49 ans en 2014.

Répartition des cavaliers :


Cheval : 42%
Poney : 47%
Tourisme : 11%


Après l’iles de France, L’Auvergne Rhône Alpes est la terre où il y a le plus de licenciés sportifs (tout sport confondu olympique ou non).


les chiffres de L’INSEE des trois dernières années qui permettent de comprendre que le nombre de licencié est en constante augmentation sur les sports olympiques, l’équitation pourtant en baisse de 2.9% de 2016 à 2017. 18 390 licenciés qui ont abandonnés ou se sont tournés vers d’autres sports.

Au 9° rang sur la région Rhône Alpes :

Nombre de licence en Auvergne Rhône Alpes et en France pour 10000 habitants est entre 91 et 113 habitants suivant la carte FFE au 1/01/2014. Il y a environ 200 établissements en Auvergne contre 600 en Rhône Alpes en raison de son dynamisme. Selon les sources : MEOS, licences sportives 2014 ; Insee, Recensement de la population, estimation de population 2013 il y a en âge de pratiquer 187 licences pour 10000 habitants pour la France métropolitaine. La première région est la Normandie, l’Auvergne est 8° position.

Cependant les chiffres ne correspondent pas entre l’Insee et la FFE, on retrouve avec les mêmes sources pour 10000 habitants 202 licenciés en Haute-Loire, 185 dans le Puy de Dôme, 247 dans le Cantal, 194 dans l’Allier, ce qui se rapproche des 187 licenciés pour 10000 habitants.
En fonction du nombre d'habitants

10 000
15 000
20 000
Cantal
2,5%
247
371
494
Haute-Loire
2,0%
202
303
404
Puy-de-Dôme
1,9%
185
278
370
Moyenne des 3

départements
2,1%
211
317
423
Auvergne-Rhône-Alpes
1,8%
183
275
366
France métropolitaine
1,9%
187
281
374















On peut en conclure que les communes suivantes amènent pour 10000 habitants entre 91 licenciésselon la première ressource de la FFE et 200 personnes selon la deuxième : On va garder en tête une moyenne des deux soit 192 licenciés soit  240 licenciés pour 15000 habitants.



Communes
Nombre d'habitants
Brioude
7085
Vieille-Brioude
1264
Fontannes
1222
Bournoncle-Saint-Pierre
1029
Lamothe
899
Cohade
856
Paulhac
682
Saint-Just-près-Brioude
443
Saint-Beauzire
345
Beaumont
288
Saint-Laurent-Chabreuges
269
Saint-Géron
258
Lavaudieu
243
Javaugues
206
Chaniat
170
Lubilhac
101
Total
15360


Les

L'équitation  se  place  au  3ème rang  des  sports  pratiqués  en  France  derrière  le  football,  le Tennis. 

Le tourisme équestre attire 150 000 Français par an. 

Pratiqué  à  70%  par  des mineurs, l’équitation est le sport le plus réclamé par les adolescents et 60 000 épreuves de compétition  sont  organisées  sur  le  territoire  chaque  année  :  saut  d'obstacle  et  autres.  On compte en moyenne 9 cavaliers licenciés pour 1 000 habitants. On  compte  900  000  équidés  vivants  en  France,  dont  environ  700  000  équidés  sont  des chevaux et poneys de sport et loisirs.
Les amateurs de tourisme équestre disposent de 2 500 gîtes et fermes équestres et autres hébergements ruraux en France et de 100 000 km de chemins équestres.


Comparaisons des chiffres de 2018 avec le Puy de Dôme et les chiffres nationaux
NATIONAL
628262
Région AUVERGNE-RHONE-ALPES
75353
PUY DE DOME
6015
Département HAUTE LOIRE
2103
% Région AUVERGNE-RHONE-ALPES par rapport au national
12,0%
% PUY DE DOME  par rapport au national
1,0%
% Département HAUTE LOIRE  par rapport au national
0,3%
% PUY DE DOME  par rapport à la région
7,98%
% Département HAUTE LOIRE  par rapport à la région
2,8%

Puy de dôme 650 700(2016) soit 0.924% de la population de Puy dôme

Haute Loire 227 339(2016) soit 0,925% de la population de la Haute Loire

Par ces chiffres, on peut dire qu’on est sur la valeur nationale de 0.93% de la population qui sont licenciés

Si on ramène le chiffre à la région Brivadoise on est à 138.65 licenciés pour 0.93 % avec 15 000 habitants alors qu’on a trouvé pour 15 000 habitants 240 licenciés selon l’INSEE.

ALIMENTATIONS CHEVAUX PONEYS

Prochainement et suite à mes recherches et mes études à Saumur, je vais réaliser un article sur les aliments, dites moi si ça vous intéresse et si vous êtes professionnels merci de vous faire connaître.


Stage gratifié Bpjeps

Stage gratifié Bpjeps de mi-février 2019 à mi-octobre 2019.  

Pour plus de précision me contacter au 06 63 27 87 15


A ce jour, sur le campus de Saumur en licence professionnelle  « Management des Etablissements Équestres », je suis à la recherche à partir de mi février d’une entreprise  pour effectuer un stage BPJEPS en parallèle avec le lycée de St Cyran-du-Jambot.

On nous demande de trouver un établissement pluridisciplinaire afin de participer à l’ensemble des actions de l’établissement.

*       les conditions souhaitées par le LEAP Saint Cyran :

  • Le tuteur doit être diplômé d’états depuis plus deux ans, sa carte doit être en cours de validité.
  • Une structure de + ou - 100 licenciés,
  • Le stagiaire doit assurer un minimum de 6 cours par semaine avec des cours collectifs d’un minimum de 6 cavaliers par reprise.
  • Tous les publics (de l’enfant à l’adulte) tous les niveaux (de l’initiation au galop 7)
Il est indispensable que l’élève soit encadré dans l’entreprise dans sa pratique équestre afin d’assurer une continuité à cheval comme à pied.
  • Une gratification doit être versée au stagiaire au titre d’une convention à minima de 3€75 de l’heure, elle peut être formulée sous avantage en échange de la pension de l’équidé et du logement.
https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F32131

Soit pour 35h =131€25 par semaine, x2=262.5, x3=393.75,x4=525€.
  • Les périodes de stage sont :
    • 18 février au 1 mars 2019                  (2 semaines)
    • 18 mars au 29 mars                            (2s)
    • 15 avril au 26 avril                             (2s)
    • 13 mai au 24 mai                                (2s)
    • 10 juin au 28 juin                                (3s)
    • 15 juillet au 9 août                              (4s)
    • 30 sept au 18 octobre                          (3s)

*       La licence professionnelle Management des établissements équestres vise à former
  • des responsables d’établissements équestres sous statut associatif ou professionnel capables de :
* gérer le budget et rendre compte des résultats,
* assurer l’élaboration du budget de l’entreprise et suivre son exécution,
* décider de la politique commerciale de l’entreprise,
* analyser et anticiper les besoins des publics et adapter les services,
* organiser les relations extérieures de l’entreprise,
* planifier l’ensemble des activités d’animation et de loisir,
* assurer, contrôler et évaluer la mise en valeur des équidés,
* gérer le suivi du personnel, la sécurité et l’hygiène d’un centre équestre ou de loisir.

  • En conséquence, les étudiants sont amenés à réaliser en stage les missions suivantes:
* assister le responsable dans le suivi comptable de l’entreprise,
* gérer les relations avec les fournisseurs,
* informatiser la comptabilité, le suivi clientèle, les fournisseurs,
* mettre en place des outils de connaissance de la satisfaction de la clientèle,
* aider à l’organisation d’événements (sponsoring, organisation logistique…),
* participer à la communication de la structure (création de flyers, d’affiches, site internet…)
* élaborer un projet lié à la mise en place d’une nouvelle activité (stages, ouverture vers un nouveau public…),
* participer aux tâches quotidiennes de la structure.


*       Mes conditions : Dans l’idéal, je souhaite pouvoir loger sur place ou à proximité dans un minimum de confort (cuisine, salle d’eau, chambre), colocation possible, devant assurer un logement aussi sur St Cyran-du-Jambots et les déplacements, je cherche le bon compromis, la jument me suivra à St Cyran-du-Jambots pendant les périodes d’école. Il est important pour moi que le logement et la pension face opération blanche.

LE TRANSPORT DES EQUIDES

LE TRANSPORT DES CHEVAUX:



Catégorie BE ( ex catégorie E (B) )
Conduite des véhicules de catégorie B attelés d'une remorque ou semi remorque lorsque :
le poids total autorisé en charge (PTAC) de la remorque est supérieur à 750 kg et inférieur à 3500 kg
et que la somme des PTAC du véhicule tracteur et de la remorque est supérieure à 4250 kg.
Exemple: 4*4 + Van 3 places

Les droits acquis des détenteurs d'un permis de la catégorie EB obtenue avant le 19 janvier 2013 sont maintenus par l'apposition de la mention additionnelle 79.06 spécifique (permettant de tracter une remorque d'un PTAC supérieur à 3 500 kg) en cas de renouvellement du titre.
Le poids à vide d'un véhicule s'entend du poids du véhicule en ordre de marche comprenant le châssis avec les accumulateurs et le réservoir d'eau rempli, les réservoirs à carburant ou les gazogènes remplis, la carrosserie, les équipements normaux, les roues et les pneus de rechange et l'outillage courant normalement livrés avec le véhicule.
Le poids total d'un véhicule articulé, d'un ensemble de véhicules ou d'un train double est appelé poids "total roulant" du véhicule articulé, de l'ensemble de véhicules ou du train double.
Le ministre chargé des transports fixe par arrêté la définition du poids à vide et de la charge utile des motocyclettes, des tricycles et des quadricycles à moteur et des cyclomoteurs.
Il est interdit de faire circuler un véhicule ou un élément de véhicule dont le poids réel excède le poids total autorisé en charge fixé par le service en charge des réceptions désigné par arrêté par le ministre chargé des transports ou par l'autorité compétente d'un Etat membre de la Communauté européenne et inscrit sur le certificat d'immatriculation de chaque véhicule ou élément de véhicule.
Il est interdit de faire circuler un véhicule ou un élément de véhicule dont un essieu supporte une charge réelle qui excède le poids maximal autorisé pour cet essieu.
Il est interdit de faire circuler un ensemble de véhicules, un véhicule articulé ou un train double dont le poids total roulant réel dépasse le poids total roulant autorisé fixé par le service en charge des réceptions désigné par arrêté par le ministre chargé des transports ou par l'autorité compétente d'un Etat membre de la Communauté européenne et inscrit sur le certificat d'immatriculation du véhicule tracteur.
Les conditions de circulation du véhicule tracteur d'un véhicule articulé même non attelé d'une semi-remorque sont déterminées par son poids total roulant autorisé.
Le ministre chargé des transports détermine par arrêté les modalités d'application du présent article et les conditions dans lesquelles des dérogations peuvent être accordées à certains ensembles de véhicules circulant à vitesse réduite et aux matériels de travaux publics.
Toute infraction aux dispositions du présent article ou à celles prises pour son application est punie :
a) Pour un véhicule ou un élément de véhicule d'un poids total autorisé en charge inférieur ou égal à 3,5 tonnes : de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe pour le dépassement jusqu'à 0,5 tonne du poids autorisé et, pour un dépassement supérieur, de la même amende prononcée autant de fois qu'il y a de tranches de dépassement de 0,5 tonne ;
b) Pour un ensemble de véhicules d'un poids total roulant autorisé inférieur ou égal à 3,5 tonnes : de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe pour le dépassement jusqu'à 0,5 tonne du poids autorisé et, pour un dépassement supérieur, de la même amende prononcée autant de fois qu'il y a de tranches de dépassement de 0,5 tonne ;
c) Pour un véhicule ou un élément de véhicule d'un poids total autorisé en charge supérieur à 3,5 tonnes : de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe pour le dépassement jusqu'à une tonne du poids autorisé et, pour un dépassement supérieur, de la même amende prononcée autant de fois qu'il y a de tranches de dépassement d'une tonne ;
d) Pour un ensemble de véhicules d'un poids total roulant autorisé supérieur à 3,5 tonnes : de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe pour le dépassement jusqu'à une tonne du poids autorisé et, pour un dépassement supérieur, de la même amende prononcée autant de fois qu'il y a de tranches de dépassement d'une tonne ;
e) Pour chaque essieu, de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe pour le dépassement jusqu'à 0,3 tonne du poids maximal autorisé pour cet essieu et, pour un dépassement supérieur, de la même amende prononcée autant de fois qu'il y a de tranches de dépassement de 0,3 tonne.

Article R312-3 En savoir plus sur cet article...
Modifié par Décret n°2011-368 du 4 avril 2011 - art. 3

Les sixième, septième et huitième alinéas de l'article R. 312-3 du code de la route sont remplacés par les dispositions suivantes :
« Toute infraction aux dispositions du présent article ou à celles prises pour son application est punie de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe pour le dépassement jusqu'à 0,1 du coefficient autorisé et, pour un dépassement supérieur, de la même amende prononcée autant de fois qu'il y a de tranches de dépassement de 0,1 du coefficient autorisé

Le poids réel de la remorque ou des remorques attelées derrière un véhicule tracteur ne peut excéder 1,3 fois le poids réel de celui-ci.

Toutefois dans le cas où le poids total roulant réel d'un ensemble constitué d'un véhicule tracteur et d'une remorque est supérieur à 32 tonnes, le coefficient 1,3 ci-dessus est majoré d'une valeur égale à 80 % du rapport entre la partie du poids total roulant réel excédant 32 tonnes et 32 tonnes, sans pouvoir être supérieur à 1,5.

Le poids total en charge des remorques des motocyclettes, des tricycles et des quadricycles à moteur, des cyclomoteurs ne peut dépasser 50 % du poids à vide du véhicule tracteur.

Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux remorques des cycles et aux véhicules à traction animale.

Le ministre chargé des transports détermine par arrêté les modalités d'application du présent article et les conditions dans lesquelles des dérogations peuvent être accordées à certains ensembles de véhicules circulant à vitesse réduite et aux matériels de travaux publics et aux véhicules agricoles.

Toute infraction aux dispositions du présent article ou à celles prises pour son application est punie de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe pour le dépassement jusqu'à 0,1 du coefficient autorisé et, pour un dépassement supérieur, de la même amende prononcée autant de fois qu'il y a de tranches de dépassement de 0,1 du coefficient autorisé.

En cas de dépassement du poids autorisé excédant 5 %, l'immobilisation peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3.






SANS permis E (renommé permis BE)

Avec Permis BE**
Si F2 (PTAC) remorque est inférieur ou égal (<=)
à 750 kg
ou
Si F2 (PTAC) remorque + F2 (PTAC) véhicule tracteur
est inférieur ou égal (<=) à 3500 kg.
Plaques de chargement: elles sont situées du côté droit du timon de la remorque.
Elles indiquent entre autres :
le PTAC = F2 le poids à vide = G1

le numéro de série de la remorque à 17 chiffres



Un rétroviseur supplémentaire obligatoire à droite :

• Si la remorque risque de masquer la visibilité dans le ré-
troviseur extérieur.
• Si la remorque est plus large que le véhicule tracteur.
Il est interdit de transporter des personnes dans une remorque.
Quelques règles en plus
Extrait de loi
"Il est interdit de faire circuler un ensemble de véhicules,
un véhicule articulé ou un train double dont le poids total
roulant réel dépasse le poids total roulant autorisé.
En effet, les conducteurs de vans font l'objet de contraventions
sur la base de cet article.
Il semble qu'il n'y ait pas unicité par les forces de l'ordre dans l'interprétation de cet article, notamment sur la nécessité pour vérifier le poids du véhicule, de le peser. Il est interdit de dépasser le poids total autorisé en charge d'un véhicule.

L'infraction peut être relevée à la suite d'une pesée, soit par l'addition du poids à vide mentionné sur le certificat d'immatriculation ou la plaque de tare avec le poids de la charge utile si les documents relatifs à celle-ci sont suffisamment précis (indication de la charge sur un bon de livraison, caractéristiques de l'animal transporté, par exemple). Le poids total roulant autorisé (PTRA) article R312-2







Extrait de loi

" La vitesse des véhicules dont le poids total autorisé en charge est supérieur à 3500 kg (1), ou à l'ensemble de véhicules dont le poids total autorisé est supérieur à 3500 kg :
- 90 km/ h sur les autoroutes
- 80 km/h sur les routes prioritaires
Cette vitesse est relevée à 90km/h pour les véhicules dont le poids total est inférieur ou égal à 12 000 kg (2) sur les routes à 2 chaussées séparées par un terre plein central."
Les vitesses 
Attention la réglementation n'est pas la même dans chaque pays, respecter la législation en vigueur dans le pays respectif.
En revanche il y a quelques exceptions pour le dépassement du PTRA. Il est possible sous réserve d'apposer un disque de limitation de vitesse à l'arrière de la remorque :
65 km/H Si le poids de la remorque ne dépasse pas 1,3 fois le poids réel du véhicule tracteur.

45km/ H Si le poids de la remorque dépasse 1,3 fois le poids réel du véhicule tracteur. (source Dérogation sur articles 54 et 54-1du code de la route





ARTICLE PARUE VENDU

PMA
Le poids maximum autorisé correspond à la plus petite des deux valeurs suivantes :

• PTRA du véhicule tracteur

• Somme des PTAC du véhicule tracteur et de la remorque

PTC

Le poids total en charge désigne le poids réel d'un véhicule. Il s'agit du poids à vide auquel viennent s'ajouter la charge utile et le poids du chauffeur et des passagers. Pour qu'un véhicule puisse rouler, son poids total en charge doit être inférieur au poids maximal autorisé.
Les règles du remorquage
Il y a quatre règles fondamentales à respecter systématiquement pour tracter un véhicule comme une remorque ou une caravane : 
• Le PTC du véhicule tracteur ne doit pas excéder son PTAC. 
• Le PTC du véhicule tracté ne doit pas excéder son PTAC. 
• Le PTC de l'ensemble attelé (somme des PTC du véhicule tracteur et du véhicule tracté) ne doit pas excéder le PTRA du véhicule tracteur.
 • Le PTC de la remorque ne doit pas dépasser de plus de 30% le PTC du véhicule tracteur.

Limitation de vitesse
Depuis fin 2008, de nouvelles limitations de vitesse sont imposées aux ensembles attelés dont le véhicule tracteur a un PTRA supérieur à 3,5 tonnes, à l'exception des véhicules de transport en commun.

Les limitations de vitesse fixées par le code de la route sont désormais les suivantes :
 • 90 km/h sur les autoroutes ; 
• 80 km/h sur les routes à caractère prioritaire signalées comme telles. Toutefois, cette vitesse maximale est relevée à 90 km/h pour les véhicules dont le poids total est inférieur ou égal à 12 tonnes sur les routes à deux chaussées séparées par un terre-plein central ;

• 80 km/h sur les autres routes. Toutefois, cette vitesse maximale est abaissée à 60 km/h pour les véhicules articulés ou avec remorque dont le poids total est supérieur à 12 tonnes ;
 • 70 km/h sur le boulevard périphérique de Paris ;

 • 50 km/h en agglomération.



Comment la police contrôle-t-elle le poids du véhicule ?



Lors d'un contrôle routier, la police peut contrôler le poids réel du véhicule grâce à un peson mobile. Il s'agit de deux balances reliées à un terminal par des câbles. Les balances sont placées sous les deux roues d'un même essieu et pèsent le véhicule essieu par essieu pour calculer son poids.


Si ce poids transgresse l'une des règles évoquées plus haut, le contrevenant s'expose à une contravention de 4ème classe et donc à une amende forfaitaire de 135€, minorée à 90€ en cas de paiement dans les 3 jours, ou majorée à 375€ après 45 jours.


Sachez également qu'en cas de dépassement du poids autorisé de plus de 5%, les forces de l'ordre peuvent immobiliser le véhicule.



Faut-il démonter le dispositif d'attelage des caravanes ou de remorques légères installé sur les véhicules particuliers après chaque usage ? :

Le code de la route ne prévoit pas de disposition spécifique imposant le démontage, après usage, des dispositifs d'attelage de caravanes ou de remorques légères installés sur les véhicules automobiles. Les dispositions générales du code de la route prévoient que les véhicules doivent être aménagés de manière à réduire autant que possible, en cas de collision, les risques d'accidents corporels. Chaque automobiliste doit apprécier, en fonction de la position et de la forme du dispositif utilisé, la dangerosité de son véhicule pour un usager venant de l'arrière et prendre en conséquence les mesures adéquates s'il décide de ne pas démonter la boule d'attelage.


Article R317-23 

Tout véhicule à moteur, toute remorque, à l'exception des véhicules ou matériels agricoles ou de travaux publics, doit être aménagé de manière à réduire autant que possible, en cas de collision, les risques d'accidents corporels, aussi bien pour les occupants du véhicule que pour les autres usagers de la route. 
Le ministre chargé des transports fixe les règles auxquelles sont soumis la construction et l'équipement des véhicules mentionnés au présent article. 
Le fait de contrevenir aux dispositions du présent article ou à celles prises pour son application est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la troisième classe. 

Mais il existe une annexe au code de la route dont voici un extrait : 

"AMÉNAGEMENT DES VÉHICULES AUTOMOBILES 
(Arrêté Minist. TP du 19-12-1958 - Journal Officiel du 20/12) 
TITRE 1er 
AMÉNAGEMENT EXTÉRIEUR DES VÉHICULES AUTOMOBILES ET DE LEURS REMORQUES 
Art. 8. - Sont interdits sur les faces latérale et arrière des véhicules les ornements et éléments pointus ou tranchants. 

Nota : les boules d'attelage ne tombent pas sous le coup de l'article 8 de l'arr. Minist. du 19-12-1958."